Dans le jargon médical, le haplogroupe représente un grand groupe de gènes qui composent un chromosome identique, qui sont aussi connus sous le nom d’haplotypes. Il en existe à peu près 25 et chaque groupe dispose de caractéristiques génétiques propres.

L’étude des haplogroupes permet de déterminer le peuple d’origine d’un individu. Et parmi les groupes les plus étudiés, on retrouve celui du chromosome Y et celui de l’ADNmt (mitochondrial). Ces deux parties sont surtout utilisées pour définir les populations génétiques. Les résultats permettent de suivre les migrations ainsi que l’origine des ancêtres et peuvent retracer des appartenances allant jusqu’à plus de 40.000 ans passés.

Pour déterminer sa lignée paternelle, il existe 20 catégories de haplogroupe allant de la lettre A à T. Le haplogroupe A renferme toutes les informations sur les sociétés des chasseurs-cueilleurs situées au Soudan et en Ethiopie.

  • Le haplogroupe L est assez répandu parmi la population indienne ainsi que dans celle du Pakistan.
  • Les populations de l’Europe de l’Ouest, des indigènes d’Amérique et de l’Asie centrale se regroupent dans le haplogroupe P. le groupe européen majeur quant à lui se classe dans le haplogroupe R.
  • Le dernier, le T représente un très rare pourcentage qu’on retrouve essentiellement en Afrique Orientale et en Asie Occidentale.

Haplogroupe Kabyle, comment le trouver ?

Considérée telle une entité à part, la partie regroupant l’Afrique du Nord, avec l’Algérie, le Maroc, la Tunisie jusqu’en Mauritanie et la Lybie, est désignée par l’appellation Kabyle. Mais ce n’est pas uniquement là-bas que l’on retrouve les Kabyles, mais également en Arabie et en Afghanistan.

Selon les études scientifiques génétiques, l’origine de ce haplogroupe serait issue du Yémen où a été recensée la plus grande portion de population de la péninsule arabe. Il s’agit du haplogroupe J1 qui représente l’héritage génétique issu de la conquête musulmane incluant le Moyen Orient, l’Afrique du Nord et quelques membres de l’Espagne et de la Sicile.

Les recherches ont permis de déterminer que les premiers hommes J1 étaient apparus vers le Paléolithique, juste avant la fin de l’ultime période glaciaire. Le plus ancien échantillon a été identifié dans la grotte de Satsurblia en Géorgie. La majeure partie des J1 est associée au groupe J1-Z1828, une branche qui regroupe l’Anatolie et le Caucase.

Le Haplogroupe E1b1b

Le haplogroupe E1b1b quant à lui retrace les dernières migrations africaines en destination de l’Europe. Selon les scientifiques, ce sous haplogroupe est apparu il y a environ 26.000 ans dans la corne de l’Afrique pour ensuite s’étendre vers l’Afrique du Nord et le Proche Orient.

Toujours d’après les recherches, ce groupe serait associé au développement primaire de la vie néolithique. Ce groupe se compose de cinq sous-clades principaux : V12, V13, V22, M81 et M123. Ils ont tous comme origine le nord-est de l’Afrique avant le néolithique. Pour information, les lignages paternels E1b1b sont issues de la diffusion des langues dites chamito-sémitiques.

Haplogroupe H, J, K… qu’est ce que c’est ?

Un haplogroupe assez courant et diversifié en Europe, le H regroupe tous les originaires du Proche-Orient et de la région du Caucase. Seule, l’ethnie représentant les Samis de la Laponie sur le territoire européen, dispose d’un très faible pourcentage d’haplogroupe H.

  • Mais en général, pour toute l’Europe, la proportion du groupe est située entre 40 et 50%.
  • Les régions à H dominant, c’est-à-dire à plus de 50% sont les Asturies et le Galice, situées dans la partie nord de l’Espagne et au pays de Galles.
  • Ce haplogroupe présente près de 90 sous-clades dont les plus fréquents sont H1, H2, H3, H4, H5, H6, H7, H10, H11, H13, H14 et H20.

D’après les recherches, la mutation du haplogroupe H aurait eu lieu il y a plus de 25.000 ans. Le lieu d’origine reste encore inconnu pour le moment mais les estimations tournent autour du nord-est de la Méditerranée ou en Italie.

Explication des haplogroupes J et K

Uniformément réparti en Europe, le haplogroupe J est également présent au Moyen-Orient dont l’Arabie Saoudite, le Koweït, le Yemen, l’Irak, le sud-ouest de l’Iran, aux Emirats arabes unis et le Kurdistan. En Europe, le groupe est recensé aux Cornouailles, au Pays de Galles, au Danemark, en Islande, en Angleterre…

Pour le haplogroupe K, on le retrouve dans le Nord-Ouest de l’Europe comme la Belgique, l’Irlande, les Pays-Bas ou encore le Danemark. Il tire son origine de l’Asie occidentale. D’après les études, ce groupe serait à l’origine de la lignée maternelle majeure des agriculteurs et des éleveurs néolithiques juste avant son arrivée en Europe.

Trouver son Haplogroupe grâce à un Test ADN

Il existe des tests ADN qui permettent de retrouver facilement ses origines ancestrales. Parmi les plus courants, il y a MyHeritageDNA qui propose de trouver les origines ethniques de chaque individu pour seulement 79$.

  • Il suffit de prendre deux minutes pour un frottis de joue à envoyer au laboratoire sous pli fermé.
  • Les résultats sont confidentiels et disponibles uniquement en ligne sous 4 semaines.
  • Le laboratoire est certifié CLIA et CAP.

23andme propose également de retracer les origines ancestrales moyennant le paiement de 99$ par test. Tout comme pour les autres prestataires dans le domaine, l’utilisation du sang n’est plus nécessaire. Il suffit de prélever un peu de salive et de l’envoyer par courrier au laboratoire.

Toutes les informations personnelles seront à l’abri et ne sont utilisables que sous consentement express du propriétaire. Les résultats seront également disponibles uniquement en ligne et chaque propriétaire dispose de son propre code pour y accéder.

Découvrir son haplogroupe via un test ADN

Il est important de souligner qu’un simple résultat autosomique ne retrace pas les origines ancestrales. Pour découvrir son haplogroupe qui correspond au sous-clade le plus profond, il est nécessaire que les résultats rapportent ceux du chromosome Y.

Pour rappel, il existe trois types de test génétique : le test mitochondrial, le test autosomal et le test du chromosome Y. Et les résultats sont tous différents. Pour découvrir donc son haplogroupe, il est nécessaire de faire le test mitochondriale et chromosome Y.

Et les haplogroupes paternels sont divisés en 20 groupes de A à T. Plusieurs entreprises proposent leurs services pour aider les individus à retracer leurs origines ancestrales, il suffit de choisir la plus précise.